Une action coup de poing mais non-violente de Génération Identitaire.

 

L'opération est relayée sur les réseaux sociaux, le groupuscule d'extrême-droite Génération Identitaire a lancé son opération anti-migrants "Défend Europe" en Occitanie, et notamment au Col du Portillon entre Luchon et l'Espagne.

Génération identitaire entend lutter contre le "risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées" selon un communiqué relayé ce mardi sur les réseaux sociaux, le groupe précisant "le 5 janvier 2021, la préfecture de Haute-Garonne a décidé la fermeture temporaire du col du Portillon, à la frontière franco-espagnole, en raison d’une menace terroriste".

 

Une trentaine de militants mobilisés

Selon nos informations, les militants sont arrivés ce lundi et étaient toujours présents ce mardi. La trentaine de personnes est véhiculée "dans des voitures sérigraphiées Defend Europe" nous précise la gendarmerie déployée en surveillance. Les identitaires se sont positionnés au Col du Portillon ce mardi matin, certains sont "partis en randonnée", "ils auraient aussi utilisé un drone". Les militants d'extrême-droite ont aussi "été délogés du barrage hydroélectrique de Melles ce mardi après-midi" nous précise un responsable de la compagnie de gendarmerie de Saint-Gaudens, territorialement compétente. Les membres de Génération identitaire sont des habitués d'actions de communication "coup-de-poing". L’opération Defend Europe a été lancée à l’été 2017.

 

Un coup de com' contre "l'immigration massive"

Nous avons pu joindre sur place Thaïs d'Escufon, porte-parole toulousaine du mouvement identitaire, elle justifie son action "contre l'immigration massive" car selon elle " plusieurs milliers de migrants clandestins sont arrivés par la frontière espagnole ces dernières années". Des militants qui se disent "déterminés et organisés" pour "empêcher les migrants clandestins de s'installer en France et éviter qu'une seule goutte de sang français et européen ne recoule à cause d'un attentat islamiste. Si nous croisons des migrants, nous contacterons immédiatement les forces de l'ordre" indique-t-elle. Au moment où nous écrivions ces lignes, les militants d'extrême-droite n'avaient - de leur propre aveu - apercu aucun migrant clandestin mais Thaïs d'Escufon soulignait "l'absence d'effectif de gendarmerie au Col du Portillon, ainsi que la préfet de Haute-Garonne l'a demandé". A ceci près que les gendarmes ont bien surveillé l'action des militants comme nous vous le précisions plus haut.

GI n'était pas en mesure de nous indiquer quand se terminait leur action dans le Luchonnais.

En fin de journée, le préfet condamnait fermement les actions du groupe « Générations identitaire » au col du Portillon et à Melles Pont-du -Roy. Plusieurs élus d'Occitanie dont la présidente socialiste de région, Carole Delga, ont dénoncé mardi une opération "anti-migrants illégale", en demandant des sanctions.