Toulouse : les victimes du nouveau Lévothyrox désavouent trois experts

Toulouse : les victimes du nouveau Lévothyrox désavouent trois experts
Haute-Garonne
Par Brice Vidal

La justice dira le 9 mai si de nouveaux experts sont nommés. 


L'audience a bien eu lieu ce mercredi à 9 heures, comme prévu. Délibéré le 9 mai prochain. Les avocats de l'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) et des laboratoires MERCK avaient pourtant demandé le report de l'audience. La Présidente n'a pas suivi. 

 

Mauvais timing pour Merck et l'ANSM 

 

Il faut dire que l'examen devant la justice civile toulousaine ce mercredi tombait mal. Quelques jours après la publication d'un rapport accablant, indiquant que la nouvelle formule du Lévothyrox n'était ni équivalente ni substituable à l'ancienne formule. Une étude menée par un biostatisticien de l'Université de Toulouse, à l'Inra et à l'Ecole nationale vétérinaire de Toulouse et dont les résultats ont été publiés dans ce jeudi 4 avril dans la revue Clinical Pharmacokinetics. Elle prouve que près de 60% des personnes qui prennent la nouvelle formule du Levothyrox peuvent ne pas la supporter. 

L'audience s'est donc tenue et Me Jacques Lévy, qui défend une quarantaine de victimes du Lévothyrox en Occitanie, demandait la nomination de trois nouveaux experts pour passer au crible la nouvelle formule. Les trois derniers - présents à l'audience - n'étant selon le conseil pas assez indépendants à son goût et rangés aux conclusions de MERCK et de l'ANSM. Organismes accusés désormais d'avoir procédé seulement à un essai de "bioéquivalence moyenne". Insuffisant aux yeux des malades. 

 

Le voeu d'une expertise indépendante avant une procédure au pénal

 

" Avec une expertise indépendante, on pourra enfin savoir exactement les doses de Lévothyroxine et les éventuelles impûretés contenues dans la nouvelle formule, alors que MERCK et l'ANSM clament qu'elle est parfaite" se réjouit Sylvie Chéreau. La Présidente du collectif des victimes du nouveau Lévothyrox en Occitanie s'indigne des déclarations de l'avocate de l'ANSM ce mercredi, cette dernière ayant déclaré à l'audience : "ils affirment avoir été malades avec la nouvelle formule. Or, s'ils détiennent assez de pillules pour les faire analyser, c'est qu'ils n'ont pas pris ces comprimés..." Curieux plaidoyer.   

De son côté, Florent Bensadoun, Directeur Juridique de Merck estime que : « Les experts désignés dans ce dossier agissent dans le strict cadre de la mission définie par le TGI de Toulouse dans son jugement du 5 novembre 2018. Il est important qu’ils puissent continuer à faire leur travail dans un cadre serein et dans l’intérêt des patients. Cette demande de récusation est parfaitement infondée ».

MERCK rappelle dans un communiqué que "la qualité de la nouvelle formule a été confirmée à de nombreuses reprises, par les autorités françaises comme internationales, et encore le 20 décembre 2018 par la Direction générale de la Santé".

 

Prochaine étape : le pénal 

 

Me Jacques Lévy entend désormais se joindre à la procédure pénale de Marseille après cette action au civil, qui permettait d'aller vite. Début février le parquet de Marseille, qui a ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires" dans le volet pénal du dossier, l'a élargie à "homicide involontaire." 

 

Sylvie Chéreau, fondatrice du collectif des victimes du nouveau Levothyrox en Occitanie

Sylvie Chéreau, fondatrice du collectif des victimes du nouveau Levothyrox en Occitanie


Voir aussi

Haute-Garonne

16/06/2019 23:12

15 à 20 000 supporters toulousains ont bravé la chaleur pour fêter le...

Lire la suite
Haute-Garonne

16/06/2019 00:23

16 000 personnes sur la place du Capitole qui a explosé de joie au trille final.

...

Lire la suite
Haute-Garonne

15/06/2019 18:58

La veuve du chanteur était dans la ville rose pour l'inauguration de l'esplanade...

Lire la suite