Faute de nouveau terrain pouvant accueillir caravanes et manèges, la Fête foraine Saint-Michel devrait disparaître.

Elle a fait les beaux jours des allées Jules Guesdes puis du parking du Zénith de Toulouse. La fête Saint-Michel, l'une des plus importantes fête foraine de France avec 130 manèges, n'aura vraisemblablement plus lieu. C'est ce que la mairie a annoncé le 31 mars aux forains lors d'une réunion. Une annonce inattendue pour Frédéric Tournier, un forain qui exploitait des autos tamponneuse sur cette fête  : « Il n'y avait aucun signaux qui montraient que nous étions en danger », assure-t-il.

Pour la mairie, cette décision est motivée par les travaux entrepris à la Cartoucherie. Dans un mail, adressé aux forains, Cécile Dufraisse, adjointe à la mairie, rappelle que l'emplacement de la fête, sur le parking, n'était « qu'une solution provisoire ». Un argument que réfutent les forains. Ils pointent notamment les travaux de raccordements électriques permanents entrepris sur le site il y a quelques années. « Quand on met des lignes EDF en fixe, ce n'est pas du provisoire pour moi », se défend Frédéric Tournier. Pour l'heure, aucun autre site n'a été proposé pour accueillir caravanes et manèges.

 

« On a cru à un poisson d'avril »

La nouvelle suscite incompréhension et colère de la part des forains. « Avec cette réunion le 31 mars on a cru à un poisson d'avril », explique Éric Davèque, lui aussi habituellement présent avec son affaire sur le parking du Zénith. Avec la crise sanitaire, les forains sont à l'arrêt depuis plusieurs mois et cette nouvelle vient porter un nouveau coup dur après une année compliquée. « Ce n'était pas l'année pour nous faire ça », accentue Frédéric Tournier. Pour lui, cette fête représente « 30% du chiffre d'affaires annuel. Surtout c'est un mois en plus où on n'aura pas de travail. L'an dernier, sur neuf mois de travail on a pu en exploiter que quatre alors si maintenant on nous sort un mois, on va exploiter quoi ? Trois mois ? ».

Des réunions avec Jean-luc Moudenc et la préfecture demandées

Bien décidés à faire changer cette décision, les forains ont demandé à être reçus par Jean-luc Moudenc, le maire de Toulouse. « Apparemment il ne veut pas nous recevoir », constate Frédéric Tournier. La préfecture a également été sollicitée pour discuter des suites éventuelles à donner à cette affaire. En cas de refus, ils pourraient durcir le ton. « On a demandé ces réunions pour avoir leur avis, avant de faire n'importe quoi. S'il y a des petites rébellions de notre part, que ce soit sur du concret ».

La Super Fête Saint-Michel était installée sur le parking du Zénith depuis 2011.

Axel Mahrouga