Tarbes : 8 gilets jaunes jugés ce jeudi après la dégradation du temple maçonnique

Ils sont soupçonnés d'avoir vandalisé le temple le 9 mars dernier lors de l'acte XVII

Tarbes : 8 gilets jaunes jugés ce jeudi après la dégradation du temple maçonnique
100% RADIO
Tarbes : 8 gilets jaunes jugés ce jeudi après la dégradation du temple maçonnique
Hautes-Pyrénées

Six hommes et deux femmes vont être jugés ce jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Tarbes pour "dégradations en réunion". 

 

Le 9 mars dernier, lors d'une marche nocture en marge de l'acte XVII des gilets jaunes, un groupe avait pénétré dans le temple maçonnique, avant de commettre des actes de vandalisme. De la peinture avait notamment été retrouvée au sol, des meubles avaient été renversés et des pierres lancées sur les vitres. Des dégradations "estimées à plus de 4000 euros", a déclaré le procureur de Tarbes lors d'une conférence de presse donnée ce mercredi. 

 

​Un meneur favorable au changement par la guerre civile

 

Selon le magistrat, les personnes interpellées sont domiciliées pour moitié dans les Pyrénées-Atlantiques. Les 4 autres résident à Tarbes et Lourdes. " 5 d'entre eux ont des antécédents judiciaires. Ce sont des individus qui ont tous fait partie des gilets jaunes pour la plupart depuis l'origine.  Un certain nombre des personnes qui faisaient partie de ce groupe voue une détestation non feinte aux francs-maçons. Certains d'entre eux reconnaissent leur responsabilité, dont le principal meneur (...) qui assume la responsabilité d'avoir été à l'instigation de ce mouvement de foule qui a permis d'entrer dans le temple. C'est quelqu'un qui ne revendique pas d'appartenance politique, mais les idées qu'il semble défendre dans les auditions se rapproche de l'ultra-gauche. On est dans quelqu'un qui est favorable au changement par la guerre civile". 

 

Les prévenus encourent jusqu'à 5 ans d'emprisonnement, sauf l'un d'entre eux qui se trouve en situation de récidive. Ce dernier risque jusqu'à 10 ans de prison. 

 

Ces dégradations avaient été dénoncées par de nombreux responsables politiques, dont le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner

 

Pierre Aurignac, le procureur de Tarbes
Pierre Aurignac, le procureur de Tarbes

Voir aussi

Hautes-Pyrénées

12/07/2019 15:44

...

Hautes-Pyrénées

12/07/2019 09:52

...

Hautes-Pyrénées

03/07/2019 10:32

Salle comble à l'espace   Robert Hossein lundi soir pour la première de...