Sénatoriales dans le Tarn : deux postes pour 12 candidats

Les douze candidats briguent le 27 septembre prochain devant les 1067 grands électeurs l’un des deux sièges de sénateurs du Tarn. 

Sénatoriales dans le Tarn : deux postes pour 12 candidats
100% RADIO
Sénatoriales dans le Tarn : deux postes pour 12 candidats
Tarn
modifié le 21/09/2020 à 05:55

Il y a tout d’abord Philippe Bonnecarrère, sénateur sortant, qui se représente avec sa suppléante, Marie-Lise Housseau. En revanche, Thierry Carcenac, sénateur socialiste, a décidé de ne pas se représenter. En lice également, Paul Salvador, président de la Communauté d’agglomération Gaillac Graulhet, conseiller départemental et maire de Castelnau-de-Montmiral. Il sera accompagné par Françoise Noguès, adjointe au maire de Burlats. 

Philipe Folliot, député du Tarn, est lui candidat pour entrer au Sénat avec Marie-José Kerboriou-Guiraud. Si le député Philippe Folliot était élu sénateur, son élection permettrait à Muriel Roque Étienne (En marche) de devenir députée du Tarn. Face à lui, d'autres candidats :

- Michel Franques, premier adjoint au Maire d’Albi, conseiller départemental, avec comme suppléante Véronique Ourliac, maire de Poudis. 

- Vincent Garel, maire d’Aiguefonde, conseiller régional et président du Comité régional du tourisme, avec pour suppléante Alexia Bousquet.

- Frédéric Cabrolier pour le Rassemblement national est accompagné d’Esméralda Lapeyre comme suppléante.

- Didier Somen, maire de Taix et président de l’Agglomération du Carmausin, est soutenu par le Parti socialiste, sans que cela soit affiché dans sa campagne. 

- Pascal Grandin, de Gaillac, ancien candidat aux législatives 2017 sous l'étiquette LR.

Ces six candidats comptent jouer les trouble-fêtes Comme les deux candidats écologistes Myriam Madeline Maugin, qui est novice en politique, et Pascal Pragnere, secretaire departemental de EELV, les différents concurrents comptent  sur les nouveaux élus pour récolter des voix.

 

Enfin, Caroline Antonio, premiere adjointe de la petite commune de Girousens, est elle aussi candidate. Tout comme le maire PCF de St Benoit de Carmaux, Thierry San Andres, qui estime être le seul candidat déclaré à gauche.