Recherches de Delphine : les détecteurs militaires "peuvent discriminer une capsule de bière d'un implant dentaire"

La gendarmerie a fait appel aux spécialistes de la Fouille opérationnelle spécialisée (FOS) du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban. Comment travaillent-ils ? Le responsable des sections spéciales du 17e RGP nous dit tout.

Recherches de Delphine : les détecteurs militaires "peuvent discriminer une capsule de bière d'un implant d
100% RADIO
Recherches de Delphine : les détecteurs militaires
Tarn
modifié le 20/01/2022 à 11:44

 

Quatrième jour des fouilles pour retrouver le corps de Delphine Jubillar, disparue depuis plus d'un an dans le Tarn, la zone de recherche a été élargie mercredi. Le dispositif de recherches rassemble près d'une centaine de gendarmes et de militaires. Parmi eux, une équipe de l'unité des Fouilles opérationnelles spécialisées (FOS) du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban. La Fouille opérationnelle spécialisée représente 22 à 25 militaires au 17e RGP. Actuellement, elle est composée de 18 personnels dont « 10  sont déployés en appui de la gendarmerie à Cagnac-les-Mines » explique le capitaine Julien, responsable des sections spécialisées du 17e RGP.

 

Un rôle bien précis pour chaque membre de la section

 

Historiquement la FOS a été créée lors de l’engagement en Afghanistan, leurs spécialités : ouverture d’itinéraires, recherches de mines et munitions enfouies en milieu périlleux. Les rôles des soldats présents à Cagnac-les-Mines sont bien précis : un chef tactique « il est conseiller des forces de sécurité intérieure » et des personnels de recherches et de coordination. Christophe Lafaye, historien militaire et spécialiste de l’arme du génie nous expliquait récemment « les sections F.O.S. de l’armée de terre lorsqu’elles cherchent, elles trouvent », mais en combien de temps ? Difficile de le déterminer. Chaque zone est différente, la végétation et le dénivelé du terrain peuvent ralentir les recherches, « le gel ne gênera pas mais l’humidité et la nature du sol peuvent impacter le temps de recherche » précise le militaire.

 

Un appareil capable de détecter des métaux à 6 mètres de profondeur

 

La FOS est équipée de plusieurs détecteurs de métaux capables de trouver les objets métalliques de 0 à 6 mètres de profondeur « mais plus on ira profond, plus les objets devront avoir un écho métallique important », à l’inverse « sur la couche supérieure de terre, les détecteurs fins peuvent identifier de tout petits objets ». Les détecteurs militaires sont adaptés à la vie en campagne militaire « ils ne craignent pas l’eau ou les conditions météo ».

 

Des opérateurs ultra-compétents : pièces maîtresses du dispositif

 

Avec des hommes aguerris comme le sont les hommes du régiment montalbanais « on peut discriminer un clou d’une capsule de bière grâce à la densité du métal » et « on peut trouver des boutons de veste, des boucles de ceintures ou des implants dentaires » explique le soldat de l’Etat-major. Ces compétences ont été acquises grâce à des entraînements en opérations extérieures, où la fouille opérationnelle spécialisée recherche surtout munitions ou composants électroniques d’explosifs. Les hommes de la FOS 17 sont réquisitionnés cinq à six fois par an pour des enquêtes judiciaires.

Attention, la FOS ne fait pas de police scientifique, mais elle sait comment ne pas « salir les scènes d’infraction ». Elle est formée par son organisme central, l’école du génie, mais la fouille de Montauban est celle qui a « le plus de background » car première à avoir été formée en liaison avec la gendarmerie et première à avoir été projetée en Afghanistan.  

 

Photos : 17e régiment du génie parachutiste - Cellule Communication

Photos : 17e régiment du génie parachutiste - Cellule Communication


Voir aussi

Tarn

23/05/2022 11:22

La saison de Top 14 n'a pas encore rendu son verdict, mais déjà, 10 joueurs et...

Tarn

23/05/2022 11:13

Très belle ambiance pour la première de la course de caisses à savon!

...

Tarn

22/05/2022 23:38

Victoire des Tarnais 28-12. 

...