La proposition de la direction de revoir à la baisse son PSE n'est pas aussi limpide.

 

Nouvelle mobilisation chez Akka à Blagnac, ce mercredi.

Ils étaient une trentaine de salariés de l'aéro, venus de plusieurs entreprises (Cap Gemini, Altran...), devant le siège du sous-traitant à l’appel de FO, Unsa, CGT, CFTC, CFE CGC.

Car Akka, dont la plupart des salariés sont en télétravail, prévoyait de supprimer 900 postes au niveau national dont 800 à Toulouse. Mais au premier jour de la mobilisation le 21 janvier, la direction annonçait aux médias revoir à la baisse son plan social. Bonne nouvelle ? Pas vraiment explique Franck Laborderie, délégué syndical CGT chez Akka "la semaine suivante ils nous ont annoncé que c'était une erreur de communication de la direction" avant de préciser que la direction "pourrait formaliser les 250 emplois sauvés à la condition que les syndicats acceptent la réduction de la période de consultation du PSE".

Stupeur et colère des organisations syndicales qui doivent justement se positionner, ce jeudi, sur la proposition de la direction : à savoir réduire les délais de négociation du PSE.

La direction voudrait boucler la négo en avril, l'intersyndicale n'entend pas céder sur le mois de juin "ce compromis fait l'unanimité de notre côté car en trois mois, on ne peut pas négocier tranquillement : les départs volontaires, les reclassements externes et internes" souligne Franck Laborderie.

 

Les élus locaux LFI au soutien

Des élus des gauches toulousaine et régionale (Odile Maurin, mais aussi les Insoumis Hélène Magdo, Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin) sont venus soutenir l’intersyndicale. Ils promettent de présenter prochainement des motions ou voeux dans leurs assemblées respectives. Objectif : obtenir des clauses de maintien de l’emploi en échange des aides à la filière aéro "il faut un consensus transpartisan sur ce point : conditionner les aides aux entreprises au maintien de l'emploi. Zéro licenciement" assénait Hélène Magdo. 

 

Franck Laborderie, délégué syndical CGT chez Akka.

La direction d'Akka communique

 

Suite à la parution de notre sujet, la direction du sous-traitant a tenu à rappeler son objectif "de limiter les départs contraints", précisant "qu'un plan de départs volontaires était en cours d'élaboration".