Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Toulouse plaide pour une Jirs (juridiction inter-régionale spécialisée) dans la ville rose. Il s'agit d'une juridiction composée de parquetiers et de juges d'instruction spécialisés dans les grosses affaires criminelles. A ce jour, le parquet de Toulouse est dessaisi au profit de la Jirs de Bordeaux, instance dotée de ces magistrats spécialisés chargés de traiter le grand banditisme. Ce fut le cas par exemple début octobre avec la saisie de cocaïne (plus de 650 kg) opérée par les douanes sur l'A61 près de Toulouse.

Dans la ville rose, plusieurs élus et acteurs locaux (Jean Luc Moudenc en tête) veulent une Jirs, au regard notamment de la criminalité organisée qui sévit dans la ville rose. La balle est dans le camp de la Chancellerie.

Manuel Furet est le bâtonnier de l’ordre des avocats, pour lui "la déliquance toulousaine [...] engorge la Jirs bordelaise."

Manuel Furet est revenu lors de son entretien avec 100% sur cette 9e Cour administrative d’appel bientôt ouverte en France, ce sera en Occitanie. Nicolas Belloubet l'a confirmé à l'automne dernier.

Qui de Toulouse et Montpellier raflera la mise ? Le ministère de la justice et le conseil d’Etat doivent trancher et les deux capitales fourbissent leurs armes : l’heure est à la constitution des dossiers. Montpellier avait été le premier à trouver d’éventuels locaux, mais l’ordre des avocats et la mairie de Toulouse ont rapidement rattrapé leur retard en mettant sur pied un projet immobilier. A l'heure actuelle, le tribunal administratif de Toulouse dépend du ressort de la Cour administrative d'appel de Bordeaux. Les juridictions de Nîmes et Montpellier dépendent de Marseille.

Manuel Furet plaide pour la ville rose car "préfecture de région" et cette donnée ne peut que faciliter "les arbitrages de procédures d'asile".