Plusieurs gérantes de magasins de lingerie ont décidé d'interpeller le 1ier Ministre de façon originale.

Tout est parti d’un collectif de commerçantes qui protestent contre la fermeture de leur boutique, estimant que les sous-vêtements sont des articles essentiels à la vie de tous jours.

Une action pour le moins culottée à laquelle a participé Muriel Letissier, qui tient un magasin de lingerie à Lavaur, "pour nous, la lingerie est un produit essentiel, c'est la première chose qu'on enfile le matin!". Elles sont une centaine dans le pays à avoir expédié de la lingerie.

Muriel Letissier a envoyé à Matignon "une culotte mignone mais pas trop sexy non plus, la petite culotte du quotidien".

Ces commerçantes espèrent faire réagir au sommet de l'Etat et s'inquiètent de la concurrence en ligne.

Et comme ses consœurs, Mureil Letissier demande également au premier ministre de ne pas organiser de soldes à la fin du confinement, car vu les stocks, ce serait catastrophique économiquement.