Le gouvernement a choisi Toulouse pour le lancement de la feuille de route sur les biocarburants aéronautiques durables.

 

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports, ont annoncé le lancement de la feuille de route pour des biocarburants aéronautiques durables dans le transport aérien français. Une annonce ce lundi sur le site Airbus de Colomiers. "L'aviation, comme tous les secteurs, doit s'engager dans une démarche de réduction des gaz à effets de serre" a déclaré Elisabeth Borne. Le transport aérien représente 2% des émissions de CO2.


Objectif : 50% de biofuel en 2050

Si la diminution des polluants passe évidemment par "la réduction des consommations", les biocarburants sont aussi "une partie de la réponse" a estimé la ministre. Accompagnée de Jean-Baptiste Djebbari, elle a annoncé un appel à manifestation d'intérêt dans le cadre de l’Engagement pour la croissance verte (ECV de 2017) sur les biocarburants aéronautiques.

Une réflexion sur les conditions du déploiement d’une filière française qui associe l’État et cinq groupes industriels français : Air France, Airbus, Safran, Total et Suez Environnement. "Nous envisageons 2% de biocarburants en 2025 et de 5% en 2030. Enfin 50% en 2050" a expliqué Elisabeth Borne "et il n'est pas question qu'on se retrouve à exploiter des ressources qui contribueraient à la déforestation par exemple" a prévenu la ministre qui a insisté sur l'aspect "durable". 

 

Les grands groupes s'engagent mais veulent des compensations

Airbus mais aussi Air France, Safran, Total et Suez associés à l’Etat demandent "des mesures d'accompagnement et des incitations en faveur de ces investissements" ; les multinationales veulent des garanties pour préserver "un avantage concurrentiel dans un environnement compétitif". Guillaume Faury, le patron d'Airbus, rappelait l'engagement de l'avionneur en faveur du Green Deal "Airbus veut être pionnier dans l'aéronautique et spatial durables". Il vantait les mérites du nouvel A350 que les ministres ont pu visiter "un avion qui réduit les émissions de 25%" , le n°1 de l'avionneur européen soulignait aussi que "le BelugaXL (également au menu de la visite) fonctionne déjà avec 18% de biocarburants fabriqués à partir d'huiles usagées." 

Anne Rigail, la directrice générale d’Air France abondait  "nous avons réduit nos émissions par passager / kilomètre en 2018 par rapport à 2005. Nous ferons de même d'ici 2030." Tous ou presque soulignaient la cherté des biocarburants " ce n'est pas compétitif et l'Etat doit compenser le manque à gagner" insistait Paul Mannes, directeur de l'aviation chez Total. 

 

Appel à manifestation d’intérêt
Les candidatures au présent appel à manifestation d’intérêt doivent être déposées à l’adresse : ami-biocarburants.dge@finances.gouv.fr