Ils inventent un sécateur qui s'ouvre au contact de la peau pour éviter les accidents

L'entreprise Infaco est basée dans le Tarn et vient de gagner un prix au salon Occitanie Innov de Labège. 

Ils inventent un sécateur qui s'ouvre au contact de la peau pour éviter les accidents
100% RADIO
Ils inventent un sécateur qui s'ouvre au contact de la peau pour éviter les accidents
Occitanie

C'est une innovation qui va éviter bien des accidents !

A l'occasion du salon Occitanie Innov, qui se déroulait jeudi 31 janvier, à Labège, la société Infaco a remporté le prix "Innovation dans les territoires"  grâce à son tout nouveau système de sécurité pour sécateur. 

Cette société est née dans le Tarn, à Cahuzac-sur-Vère. Elle emploie 110 personnes et vend ses produits dans 45 pays du monde. Son fondateur, Daniel Delmas, a inventé et commercialisé le tout premier sécateur électrique au monde.  Et il ne s'est pas arrêté là.

Des lames qui s'ouvrent seules

Ainsi, Infaco vient tout juste de mettre sur le marché, le système DSES WIRELESS (dispositif supplémentaire électronique de sécurité sans fil). Il protège des coupures toute partie du corps de l’utilisateur qui pourrait être en contact avec la tête de coupe du sécateur. 

Christophe Gout, directeur recherche et développement explique : "On a rendu le sécateur capable de détecter le corps humain. L'utilisateur n'est plus obligé de porter notre ancien système : un gant de sécurité avec des fibres inox à l'intérieur reliées à l'électronique du sécateur. On n'en a plus besoin car une gachette conductrice fait le lien avec le corps humain, à la place d'une gachette en plastique. Si la tête de coupe [du sécateur] vient en contact avec une autre partie du corps, c'est détecté immédiatement les lames s'ouvrent pour éviter l'accident". 

Et pas de risque de prendre le jus avec ce sécateur puisqu'ils ont mis en place une technologie capacitive pour ce dispositif, celle là même que l'on retrouve sur les téléphones portables tactiles.

 "0" accident ?

Mais le risque 0 n'existe pas, insiste Christophe Gout  : "On ne peut pas s'engager sur un accident 0 car on ne veut pas que de mauvaises habitudes apparaissent. C'est un dispositif supplémentaire de sécurité, qui ne se substitue pas aux préconisations de sécurité habituelles comme éloigner la main du sécateur quand on travaille. Le fait d'avoir une détection du corps humain nous permet de repousser les limites de la sécurité mais il faut vraiment garder à l'esprit que le sécateur est un outil qui présente des dangers, il y a des accidents tous les ans, et il faut faire attention quoi qu'il arrive." 

Une dernière étude de la MSA (Mutualité sociale agricole) classe le sécateur électrique comme le 3ème outil portatif le plus dangereux en agriculture, derrière la tronçonneuse et le taille-haie. 

Vers un pack "0 phyto"

Zéro accident peut être pas, mais zéro phyto oui. Infaco prépare un pack d'outils "zéro phyto", qui sera commercialisé courant deuxième semestre 2019. Il s'inscrit dans l'interdiction des produits phytosanitaires pour l'entretien des espaces verts, à destination des collectivités. Une gamme d'outils qui permet de désherber, de travailler les sols le tout sur batterie pour limiter la pénibilité du travail.

 

LIRE AUSSI >>  Infaco, le roi du sécateur électrique

- Héloïse Thépaut, avec C.F. - 

(photo de L.B : Davy Delmas) 


Voir aussi