Selon nos informations, ces militants anti-vaccination seraient liés aux VIVI, des complotistes basés en Italie désormais implantés ailleurs en Europe.

 

Etes-vous de ceux qui, en naviguant sur les réseaux sociaux, s’étonnent de trouver parfois des centaines de messages à caractère complotiste, frisant le délire paranoïaque ? Sachez que derrière l’écran, se cachent parfois des groupes d’idéologues de l'infox qui inondent sciemment les réseaux sociaux de concepts farfelus et déconnectés des réalités scientifiques. Parmi eux les VIVI (en italien : les vivants).

 

Les préfectures du Tarn et des Pyrénées-Orientales confirment avoir été ciblées

Une attaque massive de propagande anti-vaccination a été lancée cette semaine sur plusieurs pages Facebook en France. Ont été visés : des organes de presse, mais aussi plusieurs pages de préfectures. Dans la région : celle du Tarn et des Pyrénées Orientales ont été ciblées.

Les services de l’Etat dans le Tarn nous confirment que « la page Facebook Préfet du Tarn a fait l'objet de nombreux commentaires (plus de 600) sur une publication ». Il ne s'agit pas « d'une opération de piratage mais d'une campagne massive de commentaires ». La préfecture de préciser « aucune panne ou atteinte particulière n'a donc découlé de cet évènement ». La préfecture des P-O nous indique aussi « la page Facebook de la préfecture des PO a bien enregistré mardi 08 juin un nombre significatif de commentaires sous une publication contraires à la charte de modération et d’engagement » ce qui a conduit les services de l'Etat à supprimer les centaines de commentaires et à exclure des groupes et internautes de la page.

 

Un développeur de la région a pu infiltrer ces réseaux occultes

Qui est à l’origine de ces campagnes de désinformation massive ? Nous avons contacté Arthur (le prénom a été modifié pour sa sécurité), un informaticien/développeur résidant en Occitanie qui a réussi à infiltrer ces réseaux occultes. Il est devenu spécialiste de ces questions et a créé la page Facebook @ComplotistDeleterFR qui lutte contre les actions complotistes.

Selon lui, l'attaque a été menée par les VIVI, des complotistes organisés originaires d'Italie et qui sévissent sur les réseaux sociaux. Ils seraient une bonne centaine en France et plusieurs milliers chez nos voisins transalpins « ils font de la propagande contre la vaccination et les pass sanitaires », « toutes les attaques sont lancées manuellement, un ordre d’attaque est donné par un administrateur, ils vont alors utiliser plusieurs faux comptes et poster des messages par centaines ou par milliers » en ciblant des comptes très suivis. Le but : manipuler l’opinion « en donnant l’impression qu’ils sont nombreux » ou « en faussant les sondages pro-vaccination » explique notre interlocuteur qui a naguère mis en place toute une série de parades, pour agir anonymement au sein de ces groupuscules.

 

Un recrutement quasi-militaire

Arthur a décidé d'inflitrer les VIVI « par curiosité d’abord », il décrit « un recrutement est très organisé ». Ces complotistes professionnels « obligent à écouter 1h30 de fichiers audio, ensuite une personne vient discuter en privé pour vous poser 5 questions, 4 à l’écrit 1 à l’oral », et ça ne s’arrête pas là « un administrateur vous demande des données personnelles : mail, compte Facebook etc, ensuite seulement ils m’ont intégré dans les salons chargés des attaques. »

Le groupe monté il y a environ un an en Italie « s’implante de plus en plus en Espagne, en France et en Allemagne. » Le lanceur d’alerte, qui s'astreint à prévenir les institutions des attaques complotistes, espère par son action « diminuer la capacité de nuisance » de ces idéologues de l'intox.

 

REPORTAGE - BV.