La situation s'améliore nettement a expliqué le directeur général de l'ARS Occitanie.

 

La 3e vague de l’épidémie semble "derrière nous" en Occitanie. Et la situation est "en nette amélioration" a expliqué ce mardi Pierre Ricordeau le directeur général de l'Agence Régionale de Santé. 

Les indicateurs épidémiques montrent "une baisse des taux d'incidence et de positivité" de l'ordre "de - 30 à - 40% en 7 jours." La région est désormais "en dessous du seuil d'alerte sur le taux de positivité." Les départements les mieux lotis sur l'incidence sont le Lot, le Gers et les Hautes-Pyrénées (moins de 100 cas pour 100 000 habitants). 

 

 

Pas de variant indien en Occitanie mais des suspicions

Sur la question des variants, "la situation est stable" avec une majorité de variant anglais, et des variants brésilien et sud-africain peu répandus. S'agissant du variant indien "nous avons plusieurs cas de suspicion, mais pas de confirmation" a indiqué le patron de l'ARS. Aucun cas confirmé donc en Occitanie.

Quid des flux d’hospitalisations ? "Nous sommes passés de 850 nouvelles hospitalisations par semaine à environ 400 par semaine". 230 à moins de 100 admissions / semaine en soins critiques. Le niveau d'activité hospitalière "reste très élevé". Pierre Ricordeau appelle à "maintenir les gestes barrières" car il ne faut pas "dilapider pas les acquis du confinement."

 

La vaccination et la mauvaise réputation de l'AZ.

Un record a été enregistré la semaine dernière avec plus de 306 000 injections en une semaine dans la région (+16,5% par rapport à la semaine précédente) sur les 180 centres de vaccination occitans. Soit au total 2,5 millions de premières injections sur une population  de plus de 18 ans en Occitanie à 4,7 millions de personnes.

Si les vaccins Pfizer constituent la majorité des injections (Moderna dans une moindre mesure), Pierre Ricordeau insistait sur "les vaccins AstraZeneca et plus récemment Jansen tout à fait essentiels à la campagne de vaccination" même si " nous savons qu'il y a une méfiance sur l'AZ, malgré les avis répétés du bénéfice risque pour les personnes de plus de 55 ans." Il y a eu 19 000 injections ces 7 derniers jours en Occitanie "ça n'est pas suffisant, nous souhaitons faire plus sinon nous prenons du retard" dit l'ARS.

Un webinaire est prévu par l'ARS ce mardi soir, pour évoquer la vaccination et notamment le sérum AZ tant controversé. Le Pr Alain FISCHER, Président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, échangera avec les professionnels de santé de la région Occitanie