Après 5 cas de Covid déclarés chez des détenus, le centre pénitentiaire a dû renforcer son protocole sanitaire. Il présente "des incohérences" selon un syndicat.


La prison de Perpignan qui regroupe 745 détenus, dont 678 personnes hébergées, a été déclarée en tant que cluster depuis ce vendredi 6 novembre. En effet, des tests PCR ont été réalisés et quatre cas positifs ont été identifiés sur le centre de détention pour homme, et un cas sur la maison d’arrêt. Le virus aurait été contracté par un détenu revenu de permission.

Après cela, L’Agence Régionale de Santé a donc recommandé une vaste opération de dépistage au sein de l’établissement. "L’ensemble des tests ont commencé la semaine dernière, mais leur généralisation a été mise en œuvre depuis lundi matin. Au moment où je vous parle, nous avons 207 détenus testés et 66 personnels", nous précise Dimitri Besnard, chef d’établissement du centre pénitentiaire. Ce sont donc près de 1000 personnes qui vont être testées en l’espace de ces deux semaines.

Des mesures sanitaires "incohérentes" selon un syndicat

Après le passage au niveau de cluster, la direction de la prison a pris une série de mesures pour renforcer son protocole sanitaire ; à savoir la suspension des activités socio-culturelles et de l’enseignement en présentiel pour les majeurs, la limitation des promenades (qui restent maintenues mais en nombre réduit), et la mise en place d’hygiaphone toute hauteur dans les parloirs.

Problème, il y a de nombreuses "incohérences" entre la gestion du premier et du deuxième confinement selon les syndicats. "La deuxième vague est plus meurtrière que la première, pourtant, les mesures en détention sont moins strictes. Lors de la première vague, on avait supprimé les parloirs, donc aucun cas de Covid. Là, on maintient les parloirs. Il faut savoir qu’ils font 4m2, alors que la distanciation doit être de 1m2 par personne. Donc déjà, c’est une première aberration", explique Pierre Grousset, secrétaire départemental du syndicat UFAP UNSA Justice.

Autre confusion selon lui, le maintien des promenades, ou même du sport en extérieur pendant le deuxième confinement (désormais suspendu avec le cluster), tout comme l’atelier de confection des masques. 

Pierre Grousset, secrétaire départemental du syndicat UFAP UNSA Justice


La direction répond

Côté administration, on souhaite assurer "une continuité de service tout en maintenant un haut niveau de protection sanitaire". "Il s’agit pour nous de maintenir les équilibres en détention puisque la gestion d’un centre pénitentiaire est toujours relativement sensible", répond le directeur de l’établissement, qui justifie les mesures sanitaires déployées avec l’apparition du cluster.

"Le positionnement d’hygiaphone toute hauteur dans les boxs permet de répondre favorablement aux demandes des syndicats, qui sont de préserver l’aspect sanitaire. Puisque ce déploiement permet qu’il n’y ait pas de contaminations aériennes au niveau du contact avec l’extérieur. Et le maintien des promenades est aussi un facteur essentiel au bon ordre de la détention, pour que les détenus puissent sortir en plein air et s’aérer à minima une heure par jour."
 

Dimitri Besnard, chef d’établissement du centre pénitentiaire de Perpignan

 

Le syndicat interpelle également sur un climat de tension qui risque "de s’aggraver" avec la gestion de la crise. Selon Dimitri Besnard, c’est justement pour ces raisons que l’administration préserve certaines activités. "Si nous avions une crise sanitaire qui était bornée à 15 jours, les mesures ne seraient pas les mêmes. Là, nous n’avons pas de visibilité sur la fin de ce confinement, et l’administration pénitentiaire doit se projeter aussi sur une continuité de service en interne, en préservant les équilibres et le bon ordre de l’établissement"

Pour l’heure, les nouvelles mesures mises en place par l’administration tiennent jusqu’à la fin de l’état de cluster. Cela passe par moins de trois cas Covid au sein de l’établissement, et donc la fin de cette phase de dépistage massif. 
 

Dimitri Besnard

Voir aussi

Pyrénées-Orientales

14/05/2021 18:10

...

Pyrénées-Orientales

14/05/2021 11:08

...