L'annonce implique 450 emplois directs créés selon la CFTC

 

"Dans le cadre de sa stratégie visant à maintenir son système de production  à la pointe de la technologie ", Airbus a décidé de créer une chaîne d'assemblage de l'A321 sur son site situé entre Blagnac et Cornebarrieu, près de Toulouse.

 

Dès 2022

D'ici la mi-2022, l'actuel site de l'A380 Lagardère à Toulouse accueillera une ligne numérique A321, comme étape de modernisation de l'A320 à Toulouse. "Les nouvelles installations offriront plus de flexibilité pour la production de l'A321, tout en maintenant la capacité industrielle globale à Toulouse " indique l'avionneur dans un communiqué.
 
« Nous bénéficions d'une demande sans précédent élevée pour notre famille A320neo et en particulier ses dérivés A321 Long Range (LR) et Xtra Long Range (XLR) », a déclaré Michael Schoellhorn, directeur des opérations d'Airbus. «Afin d'optimiser le flux industriel, nous avons décidé d'augmenter notre capacité de production et de flexibilité A321 et établir une chaîne de montage final de prochaine génération à Toulouse.»

 

Toulouse choisi pour sa compétitivité
 
Actuellement, la seule chaîne d'assemblage final des A321 est sur le site d'Airbus à Hambourg. L'A321 est également assemblé et livré depuis Mobile, en Alabama, aux États-Unis. Toulouse a été sélectionnée pour plusieurs raisons : la compétitivité globale, le délai de mise sur le marché, le coût d'investissement, la surface disponible et les ressources. La décision a été communiquée aux partenaires sociaux d’Airbus.
 
La famille A320neo est le monocouloir le plus vendu au monde avec plus de 7 100 appareils vendus à plus de 110 clients.

 

Satisfaction des organisations syndicales

Florent Veletchy a participé aux discussions bilatérales avec l’avionneur, pour le délégué syndical central CFTC chez Airbus : "l'annonce faite ce mardi matin implique 450 emplois directs, en tout 600 emplois, 250 cols blancs et 350 cols bleus"

Florent Veletchy se félicite de l'action des organisations syndicales représentatives "on a un dialogue social constructif chez Airbus. Nous avons parlé de mesures de compétitivité et de performances industrielles : ce n'est pas un gros mot. Maintenant qu'on a obtenu la FAL (final assembly line), on (la CFTC) est prêts à aller en réunion de négociation le 24 janvier."

Officieusement des sujets comme les horaires, l'environnement de travail et les outils de travail vont être abordés. Objectif : rendre plus compétitive la future chaîne d'assemblage "tout en préservant l'humain" souligne la CFTC.

Christophe Lloret délégué syndical central CGT tempère l'annonce "aujourd'hui il faut relativiser vu les baisses de charge sur l'A380. Des salariés ont été redéployés sur d'autres programmes, en conséquence des intérimaires n'avaient pas pu être embauchés."