La bonne nouvelle du jour pour l'aéronautique à Toulouse. Entretien avec Florent Veletchy, délégué syndical central CFTC Airbus.

 

Airbus a annoncé mercredi relancer son projet de modernisation d'une des lignes d'assemblage située à Toulouse afin de pouvoir y construire des A321 et répondre au succès commercial de ce monocouloir "à la faveur d'une reprise du marché qui se dessine".Annoncé en janvier 2020, le projet avait été mis en pause quelques mois plus tard sous l'effet de la pandémie de Covid-19. En provoquant l'effondrement du trafic aérien, la crise a conduit Airbus à réduire de 40% ses cadences de production d'avions."Ce projet est aujourd'hui relancé à la faveur d'une reprise du marché qui se dessine et d'un retour potentiel aux cadences de production d'avant-crise prévu entre 2023 et 2025 pour les avions monocouloirs", explique l'avionneur dans un communiqué.

 

L'A321 représente trois quarts des Airbus produits

Florent Veletchy, délégué syndical central CFTC Airbus, "si jamais on passait à côté, on passait à côté sur l'emploi à Toulouse" car "à ce jour les seules chaînes capables de faire de l'A321 c'est Hambourg (Allemagne) et Mobile (Etats-Unis)" explique-t-il ."Demain l'A321 va représenter peut-être 75% des livraisons en monocouloirs, soit la quasi totalité des livraisons en une année". "Nous (les syndicats) sommes montés au créneau auprès de notre direction et du gouvernement pour s'assurer qu'elle serait à Toulouse, pour des enjeux stratégiques" rappelle Florent Veletchy pour qui "c'est une excellente nouvelle cohérente avec les annonces de notre direction de la remontée en cadence de la famille des monocouloirs." Airbus produit actuellement 40 avions de la famille A320 (A319, A320 et A321) par mois, alors qu'il s'apprêtait à passer à 63 mensuels avant-crise. Il compte en produire 43 par mois au troisième trimestre et 45 au quatrième.

 

Un signe que les cadences remontent

Cette ligne d'assemblage final (FAL) sera "modernisée et numérisée". "Cette flexibilité accrue pour la production de l'A321 soutiendra également l'entrée en service de l'A321 XLR depuis Hambourg à partir de 2023", explique Airbus. La nouvelle ligne, où pourront être assemblés A320 et A321, devrait être opérationnelle "fin 2022" et sera installée dans l'ancien site Lagardère où la construction du dernier A380 s'est achevée en mars. Selon le délégué syndical central CFTC Airbus, "le trafic aérien reprend nettement en Chine et aux Etats-Unis, plus lentement en Europe et cet avion peut fonctionner sur beaucoup de marchés, mais la bonne nouvelle ce sont les cadences de production qui augmentent". On parlait en 2020 d'environ 600 emplois directs créés sur cette chaîne.

 

BV avec AFP.

Les réactions


La présidente de Région, Carole Delga, se félicite de cette décision : "Nos efforts collectifs paient ! Je tiens à remercier la direction d'Airbus, avec laquelle le dialogue est constant et positif, d'avoir retenu le site de Toulouse, pour l'implantation de cette ligne d'assemblage de l'A321. La relance de ce projet est la marque de l'engagement d'Airbus pour renforcer sa place de leader au niveau mondial. Cette décision conforte dans le même temps la position clé de l'Occitanie [...]. La Région a engagé, dès juillet 2020, un plan de relance de 100 M€ pour la filière aéronautique afin de préserver l'emploi et les compétences dans notre territoire. Cette chaîne d'assemblage est importante pour l'avenir de nos emplois, au sein d'Airbus, mais également pour toute la chaîne des entreprises sous-traitantes qui composent le socle économique d'une partie de notre territoire."

 

Le préfet de région Étienne Guyot se réjouit de l’annonce : « L’installation d’une nouvelle ligne d’assemblage d’A321 à Toulouse représente une réelle opportunité pour le territoire et démontre toute la qualité de l’écosystème occitan, de la formation initiale à la production industrielle. Elle était très attendue par les acteurs locaux, et contribuera à la relance de ce secteur particulièrement touché, auprès duquel l’État s’est mobilisé dès le premier jour ».

 

Pour Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole : « C’est une excellente nouvelle pour le fleuron de l’industrie toulousaine, bien sûr, mais aussi pour l’Emploi local qui va bénéficier des effets positifs de cette décision.

Cette volonté de maintenir les investissements, c’est aussi la nôtre à Toulouse et Toulouse Métropole. Nous avons fait ce choix, malgré un contexte budgétaire difficile pour les collectivités, pour soutenir l’Emploi sur notre territoire».

Florent Veletchy, délégué syndical central CFTC Airbus