Les choses sérieuses commencent autour de la partie basse du chemin de Drignac à Cagnac-les-Mines.

Les enquêteurs de la Section de recherches assistés des militaires de la Fouille opérationnelle spécialisée ont déployé une pelle mécanique au sud du chemin de Drignac. Un talus a été "cassé" et une vaste zone autour a été déblayée, semble-t-il pour accéder à l'autre berge du ruisseau (affluent du ruisseau de la Mouline). Cette même pelle mécanique, réquisitionnée pour les fouilles, a été utilisée également sur une autre zone délimitée en amont du vallon. Dans les différentes endroits débroussaillées la semaine dernière, de grands rectangles de rubalise jaune d'environ de 4m / 30m sont visibles. Des militaires de la FOS du 17e régiment de génie parachutiste de Montauban (17e RGP) étaient en train de piqueter soigneusement le secteur. Puis sondaient le terrain avec de longues tiges métalliques. La brigade cynophile de Gramat semblait intervenir également, probablement pour faire passer les chiens Saint-Hubert spécialisés dans la recherche de restes humains.

Pour rappel le protocole de recherche est clair : nettoyer, arraser, déployer les chiens puis le matériel de détection de la F.O.S.

Les gendarmes étaient sur le qui-vive ce lundi matin, les agents chargés de la surveillance tentaient de tenir la presse et les curieux à l'écart.

 

 

LIRE AUSSI

 

Affaire Jubillar. La zone des fouilles se précise

 

Comment s'organisent les fouilles à Cagnac-les-Mines : un spécialiste d'archéologie judiciaire répond

 

Recherches du corps de Delphine Jubillar : "les F.O.S. lorsqu’elles cherchent, elles trouvent" affirme un spécialiste du génie militaire

 

 


Voir aussi

Tarn

28/09/2022 10:16

Le demi de mêlée de Toulon vient en remplacement de Jérémy...

Tarn

26/09/2022 15:35

À l'appel des syndicats FO et CFDT, le personnel de l'hôpital...

Tarn

25/09/2022 08:50

L'accident a eu lieu à Brens.

...