Reprise des recherches à Cagnac-les-Mines (Tarn). Depuis ce matin, les opérateurs de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) balayent avec leurs drones les alentours du village de Delphine Jubillar, pour tenter de retrouver son corps, un an et demi désormais après sa disparition.

Des recherches qui auraient déjà du commencer hier, comme nous vous le révélions la semaine dernière. Les investigations ont été contrariées par la météo et un plafond nuageux bas au-dessus de l'ancienne cité minière, empêchant le survol de la zone par des drones.

Début des recherches aux aurores

Les vérifications ont démarré ce matin, à l'aube, dès 7h selon nos informations. Moins d'une dizaine d'enquêteurs sont sur place. Des gendarmes ont également été aperçus avec des pelles et pioches, en tenue militaire, au dessus du champ photovoltaïque en contrebas de la route de Milhars. Des petits groupes de gendarmes semblent également vérifier à pied des lieux qui semblent avoir été identifiés lors des dernières prises de vue au drone. Équipés de matériel ultra-sophistiqué, les militaires vont sonder la composition chimique des sols pour repérer d'éventuelles anomalies et notamment la présence d'azote, un gaz dégagé en quantité par un corps enterré. Les drones sont également équipés de caméras thermiques pour permettre de « restituer la chaleur emmagasinée » comme le confiait récemment à 100%, François Daoust, ancien directeur de l'IRCGN.

 

Selon nos observations, les gendarmes de la Section de recherches de Toulouse et/ou de l'IRCGN ont également utilisé un radar sur roues pour détecter les cavités. Depuis ce mardi matin les recherches se concentraient sur le lieu dit La Tour à 1,2 km de la maison des Jubillar. Les enquêteurs tentent toujours de retrouver un éventuel lieu d’inhumation. C’est exactement la zone où les premières battues ont eu lieu; 
 

Cédric Jubillar entendu en même temps par la Chambre de l'Instruction

Les gendarmes ont également utilisé un radar sur roues pour détecter les cavités ce mardi à Cagnac.

Les gendarmes ont également utilisé un radar sur roues pour détecter les cavités ce mardi à Cagnac.


Des recherches menées en parallèle de l'audience de Cédric Jubillar devant la Chambre de l'Instruction. Elle doit se prononcer, en appel, sur la décision du juge des libertés et de la détention, formée le 13 juin dernier, de prolonger de 6 mois son mandat de dépôt.

Une audience démarée ce matin, en présence du mis en cause et de sa nouvelle compagne, Séverine. Cette dernière est venue le voir, pour la première fois depuis le 14 juin 2021. À travers la vitre du box, Cédric Jubillar lui a murmuré un «je t'aime».

L'audience se déroulera probablement à huis clos. Pour rappel, Cédric Jubillar est mis en examen pour meurtre aggravé et incarcéré depuis le 18 juin 2021.

A.M avec L.B et B.V


Voir aussi

Tarn

18/08/2022 19:30

Au moins de juin dernier, ATOSCA, la société concessionnaire de la future autoroute...

Tarn

18/08/2022 15:24

Affecté au 8e RPIMA de Castres, le caporal Dylan,...

Tarn

18/08/2022 15:05

La gendarmerie est intervenue ce jeudi 18 août 2022 pour faire évacuer un camp...