L’incident s’est produit vers 19h30 samedi.


Ce samedi 15 mai 2021 vers 19h30, un incident grave s'est produit dans l'usine Fibre Excellence de Saint-Gaudens, ce fabricant de pâte à papier est classé "Seveso II – seuil haut" rappelle la préfecture de Haute-Garonne.

 

Un écoulement de sodium en fusion 

"La chaudière à liqueur noire" du site a subi "une perte d’étanchéité à 19h20". Du sodium en fusion à presque 1000 degrés s'est écoulé, "ce qui a généré des explosions de faible intensité", "du fait notamment du contact avec de l'eau" explique la préfecture. Des  fumées se sont dégagées mais "l'impact de cet incident est limité à l’intérieur du site".

La direction de l'usine a déclenché son plan d'opération interne (POI), "une procédure prévoit l'arrêt de l'alimentation de la chaudière." Cette opération "a permis de stopper l'écoulement de salin, qui est en cours de refroidissement" expliquait la préfecture vers 00h30 ce dimanche. Des sacs de sable ont été déposés à proximité des tas de salin, "afin d'éviter tout nouveau contact avec des produits liquides."



Pas de victime et les produits explosifs éloignés du sinistre 

Aucune victime n'est à déplorer. Un périmètre de sécurité de 200 mètres a été mis en place autour de la chaudière, "dans les limites du site".

Les stockages de bioxyde de chlore et de chlorate de sodium, qui classent le site "Seveso seuil haut", "sont éloignés de la zone du sinistre". L'usine est à l'arrêt et le sinistre "en baisse d'intensité" vers 00h00.

 

Le dispositif déployé 

Etienne Guyot, préfet de la Haute-Garonne, a activé le Centre opérationnel départemental (COD). La police nationale et le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) sont sur place et "les premières mesures réalisées ne font état d’aucune toxicité dans l’air et vont se poursuivre".

Au plus fort du sinistre, près de 75 agents ont été mobilisés : 60 sapeurs-pompiers, 2 équipages de police et une dizaine d’agents des services de l’Etat (préfecture et DREAL). Cette installation "fait l’objet d’inspections régulières de la part des services de l’État (4 en 2020 et 2 depuis le début de l’année 2021)" soulignaient les services de l'Etat dimanche vers 00h30.

 

La chaudière en cause à l'arrêt

La préfecture confirmait ce dimanche à la mi-journée qu'"aucune toxicité dans l’air n’a été relevée" ajoutant que "le fonctionnement de la chaudière est suspendu."

Une inspection sera réalisée ce lundi 17 mai 2021 "par le service des installations classées pour la protection de l’environnement de la DREAL Occitanie". Les personnels de l’usine "sont présents sur le site pour maintenir une surveillance renforcée".