L’ancien militaire a fait feu avec un pistolet à plomb.

 

Branle-bas de combat chez les gendarmes de l’ouest toulousain jeudi soir. Une femme se présente à la Celvic (cellule de lutte contre les violences conjugales de de la gendarmerie) de Villeneuve-Tolosane avec une vilaine plaie à la tête. 

Elle déclare aux enquêteurs que son ancien compagnon pris d’un coup de folie lui a tiré dans le visage, avec un pistolet à plomb. Les gendarmes de la Celvic, aidés du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention) et des hommes de la brigade de recherches de la compagnie Toulouse-Mirail interpellent l’homme de 31 ans dans la foulée, quartier du Vivier à Cugnaux. Les enquêteurs retrouveront chez lui l’arme du délit, mais aussi deux grenades à plâtre, un chargeur de fusil Famas avec balles réelles et balles à blanc. 

 

La crise de jalousie tourne au coup de folie 

 

En pleine séparation et en garde alternée, le mis en cause a prétexté une entrevue entre les enfants et la maman pour la convier chez lui. Mais lorsque son ex est partie visiter un ami après leur échange, cet ancien militaire a complètement perdu les pédales. En pleine crise de jalousie, il a retrouvé la malheureuse et lui a tiré dans le visage avec son pistolet à plombs. Elle n’a été que légèrement blessé mais l’agression aurait pu être dramatique. Le mis en cause a été présenté à un magistrat et devait comparaître en justice ce lundi.