Centres de vaccination éphémères, vaccinodrome, la campagne de vaccination s'accélère en pays catalan.

 

Emmanuel Macron a fixé le calendrier de la campagne de vaccination pour les prochains mois. Elle devrait augmenter la cadence dans les prochains jours dans les Pyrénées-Orientales. Déjà ce jeudi 1er avril, une opération de vaccination éphémère a été menée dans l'arrière-pays catalan, à Amélie-les-Bains-Palalda. Menée coinjointement par l’Agence Régionale de Santé, la préfecture et le conseil départemental, ce sont les pompiers du SDIS66 qui se sont ensuite chargés de l'organisation sur place. 600 vaccins ont pu être administrés en une journée aux personnes de 70 ans et plus, ou atteintes de comorbidités.

"Nous voulions tester un nouveau modèle de vaccination avec ces centres éphémères qui permettent une accélération, et qui constituent finalement "l'aller vers". Aller vers la population, aller vers celles et ceux qui ont besoin de ces vaccins", précise Etienne Stoskopf, préfet des Pyrénées-Orientales. Un besoin assuré par le maire et les habitants d'Amélie-les-Bains,qui est une commune plus reculée du territoire, et à la population assez âgée. 
 

Etienne Stoskopf, préfet des Pyrénées-Orientales


Premier essai pour les pompiers du département

Une trentaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés ce jeudi pour coordonner cette opération de vaccination. Une vingtaine d'entre-eux se chargaient d'injecter des doses de vaccins, alors que d'autres étaient formés. "Ils ont bien fait les choses, et on n'a pas attendu donc c'est formidable", nous confiaient en coeur Françoise et Gérard, un couple de retraités fraîchement vaccinés.

"C'est une organisation quasi militaire, millimitrée, très préparée, qui permet de vaccinner très vite beaucoup de personne", ajoute le préfet. Voilà donc un baptême du feu pour les pompiers catalans, avant le vaccinodrome perpignanais, dont l'organisation se précise.


Vaccinodrome de Perpignan : un objectif final de 2000 vaccinations par jour

C'est le docteur Jean-Louis Bolte, ancien médecin-pompier et vice-président de l'ordre des médecins des Pyrénées-Orientales qui coordonnera le futur grand centre de vaccination de Perpignan. Il devrait prendre place vendredi prochain au parc des expositions de la ville, et s'organisera également avec le concours des soldats du feu. 

"L'objectif est dans un premier temps de l'ordre de 1000 vaccinations par jour. Et avec l'arrivée des doses, cela montera potentiellement au double. Donc il faudra tirer l'expérience de notre exercice d'aujourd'hui pour mesurer l'effiscience du dispositif", explique Jean-Pierre Salles-Mazou, contrôleur général du SDIS 66.

 

Jean-Pierre Salles-Mazou, contrôleur général du SDIS 66


Le maire d'Amélie-les-Bains souhaitait vacciner ses enseignants ce jeudi

Si plusieurs centaines d'injections de vaccin ont été administrés aux habitants du Vallespir de plus de 70 ans (ou moins mais avec commordités), Marie Costa, maire d'Amélie-les-Bains-Palalda a voulu aller plus loin lors de cette opération vaccination. "Il y a des enseignants des écoles d'Amélie qui sont venus. J'avoue avoir un peu forcé on va dire, mais c'est vrai qu'il me semble que vous verrez qu'on est en avance, et que dans quinze jours trois semaines, on fera vacciner tous les enseignants c'est évident."

Ces professeurs n'avaient pas plus de 70 ans et ne présentaient pas tous des facteurs à risque, mais peu importe pour l'élue. "En revanche, ils sont tout le temps en contact avec les enfants, et notamment en maternelle, avec des enfants qui ne peuvent pas être masqués. On sait qu'on a des clusters dans nos écoles, elles vont être fermées, donc il ne me paraissait pas absurde de vacciner huit personnes quand même", répond Marie Costa, qui tient sinon à louer le travail des différentes instances locales qui ont organisé cette opération vaccination. 

 

Marie Costa, maire d'Amélie-les-Bains-Palalda


Crédit Photo : SDIS 66 / Jonathan Parnau


Voir aussi