Les faits se déroulent le 24 septembre au soir. Une femme d'une trentaine d'années sort de son travail et arrive chez elle. Deux individus la saisissent, la force à rentrer dans sa voiture et l'enlèvent direction Vieille-Toulouse. Au moins l'un des deux est armé. 

Le cauchemar commençait "un viol ignoble" nous décrivait une source proche de l'enquête. Un seul des deux ravisseurs aurait forcé la trentenaire à un rapport sexuel. La victime encore sous le choc de cette agression barbare prévenait elle-même les gendarmes qui, rapidement, procédaient aux investigations techniques d'usage : relevés d'empreintes et d'ADN, étude du bornage téléphonique : les enquêteurs de la Section de recherches de Toulouse assistés de la brigade de recherches de la compagnie de Villefranche-de-Lauragais identifiaient rapidement deux mis en cause et fondaient leurs espoirs sur une arrestation rapide "encore faut-il qu'ils soient encore sur le territoire français" nous glissait-on. 

Et mardi, bingo. Deux mis en cause de 18 et 21 ans, ressortissants étrangers, étaient interpellés par la police dans le secteur d'Empalot à Toulouse, au moins un utilisait encore le véhicule de la victime. "Il allaient vraisemblablement de squat en squat, ce sont d'anciens mineurs non-accompagnés qui auraient dû être expulsés mais restés sur le territoire" nous explique une source proche du dossier. Les deux individus sont connus de la justice "surtout pour des délits d'appropriation" nous dit-on. Les voilà principaux suspects dans une affaire qui devrait les mener devant la cour criminelle.

Ils ont été déférés et mis en examen, ce mercredi, en vue de l'ouverture d'une information judiciaire notamment pour "séquestration, viol avec arme et extorsion avec arme" nous confirme le parquet de Toulouse. 

 


Voir aussi

Haute-Garonne

25/11/2022 20:15

Le petit voyou de la Reynerie, surnommé le "gay", était accusé du...

Haute-Garonne

25/11/2022 11:35

Règlement de comptes sur fond de stupre à Toulouse ? La question de...

Haute-Garonne

24/11/2022 17:07

Sandie a assisté la venue au monde du petit Erwan, sur un arrêt de bus des Ponts...