"La situation épidémiologique dans le Gers est bonne. Toutefois, nous ne pourrons pas empêcher la diffusion de ce variant Delta (Indien). Nous sommes dans une course contre la montre pour essayer de ralentir sa diffusion." Ce sont les propos tenus par Pierre Ricordeau, directeur général de l'ARS de l'Occitanie en visite ce lundi 28 juin 2021 dans le centre de vaccination d'Auch. Si pour l'heure actuelle, aucun autre cas de variant Delta n'a été détecté dans le département, malgré des cas de suspicions chez sept personnes. La situation ne suscite aucune inquiétude chez les autorités, mais la propagation de cette mutation du Coronavirus réputée plus dangereuse est prise au sérieux. En effet, dans le département, deux personnes non vaccinées sont décédées au Centre hospitalier de Auch. Elles avaient été contaminées par ce variant qui commence à dépasser les frontières des Landes.

Appel à la vaccination

Le Gers est l'un des départements qui compte le plus de vaccinés. Dans le détail, 7 à 8 points de plus que la moyenne nationale et régionale. Mais l'ARS et les élus locaux rappellent "l'importance de se faire vacciner et d'effectuer un dépistage pour vaincre et détecter cette mutation du Covid". Pour mener cette "guerre contre ce nouveau variant", 14 000 doses sont disponible pour le Gers. Pour sensibiliser à la vaccination, le préfet Xavier Brunetière, lance une campagne d'information. Pour le moment, pour lui : "les indicateurs dans le département ne suscitent pas d'alerte et donc pas de réponse forte en matière d'interdiction de manifestations ou de renforcement des mesures sanitaires".

Pour l'ARS, "ce variant circule et il est déjà présent en Haute-Garonne de manière disséminée dans le territoire. Mais très peu à ce stade". En une semaine, dans le département, 60 cas sont soupçonnés de mutation d'intérêt qui "nous laisse penser qu'il s'agit de cette mutation. Inéluctablement, nous disons que le variant sera quoiqu'il arrive présent sur l'Occitanie et la Haute-Garonne. Désormais, notre rôle est de le vaincre le plus vite possible", conclut l'ARS. 

 

Liliana Brel