Il dit ressentir de l'écoeurement.

 

L'entraîneur le plus titré du rugby français Guy Novès, 65 ans, a annoncé lundi qu'il mettait un terme à sa carrière d'entraîneur, notamment parce qu'il ressent une "sorte d'écoeurement" après avoir été licencié de son poste de sélectionneur du XV de France fin 2017. "Je préfère mettre un trait à ma carrière d'entraîneur. J'ai une sorte d'écoeurement qui m'amène à penser que je dois lever le pied", a expliqué Novès lors d'un entretien téléphonique à l'AFP.

 

Toujours remonté contre la Fédération française de rugby (FFR) qui l'avait licencié le 27 décembre 2017 de son poste de sélectionneur, Novès l'est aussi contre "une ou deux personnes" des médias qui n'ont pas été honnêtes à ses yeux. "J'ai pris tellement de coups", a regretté l'homme dix fois vainqueur du Top 14 et quatre fois champion d'Europe avec le Stade Toulousain.

 

Devenu en mai 2015 sélectionneur de l'équipe de France, il en est écarté fin 2017 par le président de la FFR, Bernard Laporte. Un licenciement jugé sans fondement le 8 avril dernier par le tribunal des prud'hommes de Toulouse, qui a condamné la FFR à lui verser un million d'euros pour "rupture anticipée du contrat de travail sans faute grave" et "atteinte à la notoriété". Son âge et la difficulté de construire un staff sont les deux autres raisons qui amènent l'ex-sélectionneur et ancien manager de Toulouse à vouloir s'arrêter: "Je ne suis pas sûr d'avoir le temps qu'il faut pour bâtir et surtout réussir un projet. Car c'est à la fin qu'on regarde si on a réussi".

 

AFP.