Procès du drame de Millas : 5 ans de prison, dont 4 avec sursis, requis contre la conductrice du bus

Nadine Oliveira est la seule prévenue dans ce procès qui traite du terrible accident entre un bus scolaire et un train le 14 décembre 2017 à Millas dans les Pyrénées-Orientales. L'audience se conclut ce mercredi. 

Procès du drame de Millas : 5 ans de prison, dont 4 avec sursis, requis contre la conductrice du bus
100% RADIO
Procès du drame de Millas : 5 ans de prison, dont 4 avec sursis, requis contre la conductrice du bus
Pyrénées-Orientales
modifié le 05/10/2022 à 10:32


Le procureur de la République a pris la parole à Marseille ce mercredi 5 octobre, lors du dernier jour du procès de l’accident de Millas. Il requiert 5 ans d'emprisonnement, dont 4 avec sursis, contre Nadine Oliveira. La seule prévenue dans cette affaire est jugée pour homicides et blessures involontaires après la terrible collision entre son bus et un train le 14 décembre 2017 sur le passage à niveau numéro 25 (dans les Pyrénées-Orientales). Un drame qui avait coûté la vie à 6 collégiens, et blessé 17 autres.

Le procureur Michel Sastres est revenu ce mercredi sur le déroulement de l’audience à Marseille, tout en évoquant les moments forts de ce procès. Selon lui, les différents témoignages, d’experts, de familles, ou de victimes sont "formels". Ils contredisent la version de la conductrice du bus. Nadine Oliveira affirme que les barrières du passage à niveau de Millas étaient levées lors de l’accident. C'est la principale question du procès, à laquelle l'accusée n'aura pas pu avancer beaucoup d'arguments. On le rappelle, elle est absente de l’audience depuis le 22 septembre dernier et son malaise cardiaque. Elle a depusi été suivie à l'hôpital puis dans une structure psychiatrique.

Le procureur de la République a finalement requis 5 ans de prison, dont 4 avec sursis, à l'encontre de l'accusée, avec obligation de soins et d'indemniser les victimes. Il demande également une annulation de son permis de conduire et une interdiction de le repasser pendant 5 ans. En plus de cela, il réclame une interdiction d'avoir une activité professionnelle en lien avec le transport routier et avec les enfants. La peine maximale encourue est de 5 ans de prison ferme. C'est désormais au tour de la plaidoirie de la défense d'intervenir. Le jugement final lui ne sera rendu qu'après délibéré, dans plus d'un mois, le 18 novembre prochain.

 

 


Voir aussi

Pyrénées-Orientales

07/02/2023 21:07

Anaïs Sabatini dit avoir été victime d'un appel malveillant pour la faire...

Pyrénées-Orientales

07/02/2023 07:33

Les secteurs Haut-Vallespir, Conflent, et Fenouillèdes seront les plus concernés....

Pyrénées-Orientales

06/02/2023 13:25

Cécile Hernandez-Cervellon, 48 ans , athlète handisport en équipe de...