Dernier round des négociations cette semaine.

 

Tout va finalement se jouer en début de semaine prochaine chez Airbus. L’avionneur est en plein plan social et les négociations prennent plus de temps que prévu. Aucun texte n’a finalement été soumis à la signature ce lundi. Force ouvrière, actuellement en congrès, a durci le ton et veut des avancées sur le chômage partiel de longue durée (l’APLD). Un point de situation était organisé, ce mardi, à la mi-journée entre les syndicats et la DRH d’Airbus.

La CFTC indiquait ce mardi en fin de journée être "favorable" à la mise en place de l'APLD, mais rappelle dans son communiqué qu'elle peut "donner un avis défavorable sur la consultation finale du PSE [... ] et néanmoins signer un accord sur les mesures sociales d’accompagnement du plan ". Dans le même temps Force ouvrière, majoritaire, fait le forcing pour rediscuter avec la direction les termes de l'APLD. En écho, la CFTC précise aussi, ce mardi, vouloir "élargir au maximum le périmètre d’application de l’APLD."

Aujourd’hui chez Airbus, le chômage partiel de longue durée pourrait concerner 10 471 salariés en France. Il pourrait permettre de préserver 1502 emplois (environ 300 cols blancs dont 130 cadres et environ 1200 cols bleus).

Pour la CFTC, cet accord "levier important pour atteindre l'objectif de zéro départ contraint" ; "ne protège pas tous les salariés" mais "il permettrait de sauver au minimum 1500 emplois sur les 4248 suppressions de postes". 

 

LIRE AUSSI Plan de sauvegarde de l'emploi chez Airbus : FO met la pression