Il l'annonce aux Toulousains ce week-end dans un tract.

 

Le secret du calendrier avait été bien gardé, même si la réalité de sa candidature n'était un secret pour personne. Le maire LR de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a annoncé qu'il était bien candidat à sa propre succession. 

Aucun média n'a eu la primeur de la nouvelle, l'édile l'a annoncé directement aux Toulousains dans un tract produit à 312 000 exemplaires : "Aimer Toulouse".

"Il sera posté dans toutes les boites aux lettres toulousaines. Production et distribution évidemment intégralement financées dans le cadre des comptes de campagne" assure-t-on dans l'entourage du maire, histoire de couper court à toute spéculation. 

 

Une candidature "sans étiquette"

 

Il indique dans son premier tract de campagne avoir "une responsabilité à continuer le travail engagé."

JLM précise dans son tract qu'il ne "sollicite l'investiture d'aucun parti politique." Fait important alors que les Républicains sont rangés derrière l'actuel maire de Toulouse et que la République en Marche ne présentera pas de candidat dans la Ville rose. Jean-Luc Moudenc entend briguer un nouveau mandat sans étiquette. Une façon, pour l'actuel président de Toulouse Métropole, d'être "transpartisan" et d'éviter des soutiens trop encombrants (LR, LREM...). Il avait déjà opté pour cette solution en 2014. A gauche, Nadia Pellefigue avec son mouvement "U.N.E.", a fait le même choix.

Les thèmes de la campagne devraient tourner autour du tryptique : sécurité-mobilités-verdissement de la ville murmure-t-on dans l'entourage du maire.

 

Une annonce sans surprise ?

 

Jean-Luc Moudenc avait assuré il y a quelques semaines qu'il annoncerait sa décision "avant Noël." Laissant imaginer un acte de candidature aux environs de la fin novembre.

"Le calendrier a été respecté" sourit un proche du maire, "nous sommes avant Noël !"

Son équipe a semble-t-il prévu cet été d'officialiser la candidature à l'entrée de l'automne, "en aucun cas les différentes attaques de l'opposition ou des candidats déclarés n'ont poussé le maire à entrer plus vite en campagne." L'équipe constituée autour de maire-candidat va dérouler son propre calendrier.

Une conférence de presse est prévue ce lundi.