Démission collective à l'hôpital des enfants : un pavé dans la mare alors que des rassemblements se tiennent ce jeudi...

Alors que de nombreuses grèves sont lancées depuis mai dernier par les services d'urgences, les personnels hospitaliers se mobilisent ce jeudi encore, pour dénoncer leurs conditions de travail et demander des moyens supplémentaires. A Toulouse, un manifestation partait de St Cyprien et deux rassemblements se tenaient à Purpan et Rangueil, ce jeudi après-midi. Visiblement, la crise du CHU de Toulouse est loin d'être terminée. Preuve à l'appui : tous les chefs de service de l'hôpital des enfants ont démissionné de leurs fonctions administratives. Elles s'ajoutent à celles des deux médecins de la semaine dernière (13 en tout). 

 

Pourquoi ces démissions ? 

 

Ces chefs d'équipes dénoncent d'abord une surcharge de travail administratif. Le docteur Ouria Bouali est une des médecins démissionnaires. Elle nous explique que "c'est surtout l'épuisement des équipes" qui les poussent à prendre cette décision. "Un épuisement qui n'est pas dû à la charge de soins", elle confirme qu'il s'agit bien de "maltraitance administrative." Tous parlent d'une même voix.

 

 

En plus de cette surcharge de travail, les chefs de service pointent une difficulté de communication avec la direction. Pour exemple, Ouria Bouali fait part de son ras-le-bol. Elle revient sur la proposition "d'un plan épidémie pour faire face à la grippe". Un plan "travaillé, et réfléchi en tenant compte des années précédentes" enchaîne-t-elle. Et pourtant, il a fini par être "revu à la baisse" car "trop cher."

 

 

Ce jeudi, la permanence des soins sera bien assurée à l’hôpital des enfants. A ce jour, les ex-chefs de service n’ont pas eu de retour de la direction du CHU.

 

Photo d'illustration.