L'annonce de renforcement des contrôles n'y a rien fait, les autorités ferment le lieu.

 

Vendredi les autorités - mairie et préfecture de Haute-Garonne - annonçaient un renforcement des contrôles destinés à éviter les "trop nombreux rassemblements statiques sans respect de la distanciation physique, ni port du masque" constatés notamment sur les bords de Garonne. La consigne n'a visiblement pas été entendue samedi. "Aucune amélioration de la situation n’a été observée" par les responsables chargés de l'ordre public. Inquiet du taux d'incidence dans la Ville rose et d'un éventuel reconfinement, Jean-Luc Moudenc le maire de Toulouse déclare à 100% "je préfère fermer les berges que fermer la ville".

 

Interdiction pure et simple

Compte tenu du taux d'incidence élevé  à Toulouse (261,2 cas positifs pour 100 000 habitants), les autorités ont décidé de la fermeture pure et simple des berges. Cette mesure s'applique dès ce dimanche 28 février jusqu’au lundi 8 mars 2021. Sont interdits d'accès : 

• les berges de la Garonne situées en contrebas de la place Saint-Pierre, du quai Saint-Pierre, du quai Lucien Lombard, du quai de la Daurade, du quai de Tounis et correspondant à la promenade Henri Martin, 
• la place de la Daurade, 
• la prairie des Filtres, 
• le quai de l'Exil Républicain Espagnol.

La liste des lieux concernés par l’obligation pourra être actualisée en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. 

Le non-respect de cette obligation expose les contrevenants à une amende de 135 €. 

 

 

 

Photo : berges de Garonne / archives / mairie de Toulouse.

Jean-Luc Moudenc raconte pourquoi, samedi soir, la décision d'interdiction a été prise par la préfecture en étroite collaboration avec ses services.