Une fois n’est pas coutume en pays catalan, on ne parle que de foot dans les rues du département depuis ce dimanche soir. Habitants, commerçants et maire témoignent de leur joie.



Ils l’ont fait. David a bel et bien battu Goliath. Le Canet Roussillon Football Club, équipe de Nationale 2, a éliminé l’Olympique de Marseille, cador de la Ligue 1, en 16ème de finales de la Coupe de France ce dimanche soir (2 buts à 1). La fête était grande pour les joueurs hier à Gilbert Brutus, mais malheureusement sans supporters. Alors sur 100%, nous sommes allés prendre le pouls ce lundi à Canet. C’est simple, les discussions ne tournent qu’autour de l’incroyable soirée de football qu’ils ont pu vivre.


Les Canétois "y ont cru"

"Des amateurs qui gagnent des professionnels, c’est fabuleux ! C’est fabuleux pour la ville", nous dit l’employé de la supérette côté village. "C’est d’enfer ! Le premier but, coup-franc lucarne, magnifique !", ajoute Ingrid, du bureau de tabac de la Poste à Canet-Plage.  Bref, les commerçants canétois sont plus que fiers de leurs joueurs, qui ont déjoué les pronostics. Même si à Canet même, on y croyait.

Il suffit de discuter avec les buralistes de la commune, le constat est le même partout. "Je me suis rendu compte qu’énormément de Canétois y ont cru, parce que beaucoup d’entre eux ont joué, et ça n’a pas arrêté", nous confie Marise, buraliste de Canet-Village. Elle a donné plus de 2000 euros de gains ce lundi matin. Christian, boulanger du Pain de la Poste n’est pas un grand parieur. Même s’il n’a misé que 2 euros, il y croyait dur comme fer. "Il faut toujours y croire, sur un match tout est toujours possible". C’est d’ailleurs sûrement ce que s’est dit ce glacier de la ville qui, selon les rumeurs dans la commune, aurait misé 1000 euros sur la victoire canétoise. On vous laisse imaginer le jackpot.
 

Commerçants et habitants canétois


"Après la natation, on parlera du club de foot de Canet"

Côté mairie, évidemment, l’effervescence est aussi là. Un grand sourire caché par le masque du CRFC au visage, le maire de Canet nous a livré son sentiment ce lundi matin après le rêve de la veille.  "Je pense que nous sommes tous sur un petit nuage. On n’en revient pas. C’est de l’émotion, c’est fabuleux, c’est extraordinaire. C’est difficile à décrire en fait comme sentiment", nous explique Stéphane Loda, qui nous avoue également avoir cru en la performance de sa ville. Il misait lui sur un autre scénario, les tirs aux buts.

Le maire se dit "fier" de son équipe, comme "tous les Canétois". D’autant plus que les projecteurs se sont tournés sur sa ville, citée dans tous les médias depuis ce dimanche soir, pas toujours correctement d'ailleurs… "on y identifie la ville, on prononce mal son nom encore, mais ça changera. Ça arrivera et on dira bien Canet-en-Roussillon et non pas le Cannet !" Stéphane Loda en sourit aujourd’hui.

 

Stéphane Loda, maire de Canet-en-Roussillon


Le foot à Canet, c’est un "vrai projet sportif qui s’est construit au fil des années", nous dit le maire, qui cite l’arrivée de la nouvelle équipe dirigeante il y a 6 ans. Aujourd’hui, l’exploit de l’Olympique de Marseille confirme une vraie identité footballistique de la ville.  "Il y avait il y a quelques années de ça, Laure Manaudou et la natation. Quand je vais à Paris, souvent on me dit : "Canet En Roussillon ? Ah oui, Laure Manaudou !" Et bien demain, on nous parlera de Laure mais on nous parlera aussi du club de foot", assure Stéphane Loda, qui conclut avec son souhait pour le tirage au sort des 8èmes de finale (qui a lieu ce lundi soir).

Il y a deux écoles selon lui, tirer les plus "faibles" pour passer, ou continuer sur "l’euphorie des grandes équipes". Il opte pour la deuxième option. Pourquoi pas le PSG ? C’est en tout cas le souhait de Thomas Taravel, président du Canet Roussillon FC, mais aussi supporter parisien. Il était l'invité ce matin de 100%. Il nous a notamment confirmé que la victoire avait été "très bien fêtée". Il va peut-être bientôt falloir remettre ça, notamment si Neymar et Mbappé sont annoncés en pays catalan. 

 

Stéphane Loda, maire de Canet-en-Roussillon
Thomas Taravel, président du Canet Roussillon FC


Crédit Photo : Twitter CRFC.