Le déconfinement ne s'est pas déroulé comme prévu dans le Tarn.

 

 

Des pluies dantesques se sont abattues sur le sud et le centre du Tarn ce lundi. Un département en vigilance crues de niveau orange pour l'Agout et le Thoré. De mémoire de Castrais, il avait rarement autant plu dans la sous-préfecture et autour.

Les hauteurs d'eau maximales devaient être atteintes en début de nuit ce lundi pour le secteur de Lavaur. La crue devait se propager jusqu'en fin de nuit pour les secteurs les plus en aval.

Les pompiers dénombraient à 19 heures 121 interventions et plus d'une centaine de personnels mobilisés. Au total, 11 mises en sécurité ont été effectuées. Les secouristes sont notamment intervenus dans le secteur de Castres, Labruguière ou Réalmont et Dourgne pour des victimes coincées dans leurs véhicules ou dont l'habitation était menacée par les eaux. 

Au Bruc près de Montdragon, on a pu joindre Marie-Hélène, une habitante apeurée, vivant seule avec ses enfants "on habite ici depuis 7 ans et si le Dadou est déjà monté, jamais il n'a atteint une telle hauteur. J'ai 40 cm d'eau dans mon atelier et 80 cm dans le jardin ! " Du jamais vu depuis 47 ans estiment les anciens là-bas.  Marie Hélène compte sur sa famille pour venir l'aider en cas de nouvelle montée des eaux "l'eau est montée très vite". Elle appelle à la prudence "avec l'eau qu'on a ici, il faut faire extrêmement attention sur les petites routes..." Le risque est grand de voir les voitures emportées.

 

 

Le point crue de la Préfecture ici

Hélène, une Castraise de 73 ans, aurait préféré un déconfinement moins agité. Elle constate l'étendue des dégâts chez elle "cela fait des années qu'on n'avait pas vu autant de pluie à Castres. J'ai un vrai ruisseau devant chez moi."   

 

La passerelle du Parc de Gourjade à Castres inaccessible.

La passerelle du Parc de Gourjade à Castres inaccessible.