L’homme, atteint d’obésité morbide et entouré d'immondices, refuse de sortir de l'habitation quartier Saint-Jacques.


C'est une découverte effarante qu'ont fait les services de la ville de Perpignan en octobre dernier. L'information a pu un temps être tenue secrète : un homme d’une cinquantaine d’années, pesant presque 300 kilos, a été découvert alors que la mairie explorait une habitation.

Cloîtré depuis un an minimum et entouré d'immondices, gisait un malade atteint d'obésité morbide. L'appartement, propriété de son frère, est situé dans les étages quartier Saint-Jacques, à proximité du nouveau bâtiment de l’Université de Perpignan. Coincé dans un état de santé extrêmement précaire, c’est son frère qui nourrissait le malade depuis plusieurs années. L'homme ne passe plus les portes depuis longtemps et a été retrouvé couvert d'escarres.

 

Découvert par hasard

Cette situation hallucinante a été constatée fortuitement par la police municipale en octobre dernier. « Cet homme a été découvert le jour où les services de police ont été mandatés pour l’ouverture d’une porte d’un bâtiment contigu qui menaçait ruine. L’objectif était d’ouvrir ce bâtiment pour faire une expertise sur sa solidité. C’est là que les policiers ont découvert qu’il y avait une personne immobilisée depuis plusieurs semaines dans le bâtiment voisin », nous confie une source préfectorale.

Depuis, l’homme fait l’objet d’un suivi médical qui mobilisé plusieurs services. La préfecture, un médecin du Conseil Départemental, l’Agence Régionale de Santé, les pompiers du SDIS 66 et la mairie sont sur le coup. L’objectif : l’extraire de son logement et donc réaliser une "évacuation sanitaire dite bariatrique".

Plusieurs intervenants donc dans ce dossier complexifié par le fait qu'aucun service ne peut l'accueillir dans les P-O : "l’hôpital a fait le nécessaire auprès du service spécialisé du CHU de Montpellier qui devait l’accueillir, nous avions mobilisé le SDIS pour l’aspect manutention. Mais ce dossier est suivi à l’origine par un médecin du Conseil Départemental. Il pilote le dossier, et au vu des difficultés pour le faire hospitaliser, il a fait appel à la préfecture qui a sollicité tous les services pour le sortir de sa maison", explique notre interlocuteur.

 

Une grue pour le sortir ?

Selon nos informations, le moindre mouvement pourrait avoir de très graves conséquences sur sa santé, voire le tuer. Autre problème, le lieu : l’appartement, déjà en piteux état, ne permet pas une sortie facile de l’homme de très forte corpulence.

"Il faudrait au moins six sapeurs-pompiers pour le sortir, sans compter les médecins. C’est extrêmement difficile parce que le bâtit est chancelant et qu’il faut agrandir les ouvertures, la fenêtre à l’étage et la porte au rez-de-chaussée. Le plancher n’est pas solide, puis il y a un aspect nettoyage, avec les détritus à enlever."

Le recours à une grue a été envisagé. Les services de l'Etat reconnaissent réfléchir à "l'intervention d'une entreprise spécialisée dans le transport des personnes obèses. D'autant que le médecin a prescrit de "l’évacuer en position allongée."

 

L’homme refuse de quitter les lieux

Les différents services se sont affairés pour trouver une solution. Trois réunions commandées par la préfecture sont intervenues ces derniers mois. Tout avait été prévu et un rendez-vous a même été arrêté fin octobre, pour procéder à une opération de reconnaissance avant extraction. En vain. L’homme et son frère refusent l’hospitalisation et l’ouverture de leur domicile.

Le médecin du Conseil Départemental doit maintenant convaincre les deux frères de partir, mais "il n’y a pas de cadre juridique pour les contraindre" précise la préfecture. Le procureur de la République a un temps envisagé d'ouvrir une enquête pour mise en danger de la vie d'autrui, mais le parquet n'est pas en mesure de caractériser une telle infraction. Le dossier est à ce jour dans l'impasse.

 

 


Voir aussi

Pyrénées-Orientales

01/04/2020 09:41

...

Pyrénées-Orientales

31/03/2020 15:06

...