Le maire les savait stockés dans une ancienne usine de la commune.

 

Entre 350 et 400 000 masques de protection découverts à Lavelanet : une aubaine alors que l’épidémie de Covid 19 se propage.

Les cartons de masques étaient stockés dans un bâtiment - une usine désaffectée - que la municipalité a racheté au groupe Paul Boyé. La société fabriquait notamment des masques au tournant des années 2010.

LIRE AUSSI → CORONAVIRUS : le leader régional des masques ne comprend pas que l'Etat ait stoppé ses commandes

 

Au courant de cette histoire le maire de Lavelanet, Marc Sanchez, a immédiatement prévenu l’entreprise Boyé et les services de l’Etat pour faire l’entremise "ces bâtiments renfermés tout un tas de matériels dont des textiles et des masques et Jacques Boyé m'avait demandé gentiment de les garder" raconte l'édile.

 

Des masques périmés mais utilisables

Le maire savait les masques périmés "ça pouvait servir à nos services techniques pour faire de la peinture ou du nettoyage dans la poussière" mais vu l'ampleur de la pénurie, Marc Sanchez a considéré sage d'en faire part à la préfecture. Sage décision "ils ont été récupérés par les services de l'Etat après un coup de fil au PDG de la société Paul Boyé avec qui j'entretiens de très bonnes relations et qui a accepté".

Le capitaine d'industrie a cédé gratuitement son vieux stock "hors date de péremption, mais le doute sur la solidité des élastiques a rapidement été levé après un test. Les masques sont de très bonne qualité."

 

Ils ont été distribués localement

Loin de tirer la couverture à lui, Marc Sanchez loue "le beau geste de Jacques Boyé" quand lui n'a "fait que parler de ça lors d'une réunion de sécurité" car c'était concède-t-il "lourd à porter" en pleine polémique sur la pénurie de masques.

Selon nos informations les masques ont été donnés à plusieurs professionnels médicaux sur le secteur de Lavelanet, notamment les soignants qui en ont cruellement besoin…

 

Photo : Marc Sanchez via  @mairie.delavelanet