200 personnes du monde de la santé et des secours des Pyrénées-Orientales se sont rassemblées ce mercredi matin à Perpignan.


Plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers et de salariés des urgences de l'hôpital de Perpignan criaient haut et fort leurs revendications au pied du Castillet ce mercredi. Ces professions en grève depuis plusieurs mois ont uni leurs forces pour dénoncer les mêmes problèmes : le manque de moyens et d’effectif.

Le personnel hospitalier a été le premier à faire entendre sa voix dans ce rassemblement. Jérome, infirmier aux urgences de l’hopital de Perpignan, pointe évidemment un problème de personnel, qui s'aggrave d'année en année.

"Au service des urgences de l'hôpital de Perpignan, il y a des renforts ponctuels mais sur la durée c'est toujours du bricolage"


Même combat pour ces dizaines de sapeurs-pompiers qui se joignent à la manifestation, comme Christophe Garcia.

"Si on arrive à se retrouver, c'est aussi parce qu'on a les même revendications"


​Dans la foule, s’ajoute le personnel de l’hôpital psychiatrique de Thuir aussi en difficulté, et même des gilets jaunes venus apporter leur soutien. « Ensemble, nous sommes plus forts », est scandé au coeur de la capitale nord-catalane, où de nombreux Perpignanais s'arrêtent, interpellés par cette manifestation, comme Roger, retraité, qui souligne l'importance de cette union.

"On se bat pourquoi ? Pour vivre, pour nos enfants, nos petits-enfants. On a les même choses à défendre"

​​​

Il faut défendre les usagers, qui paient les pots cassés. C’est aussi le message que veut faire passer toute cette chaine du secours des Pyrénées-Orientales. Sylvie est assistance sociale depuis 35 ans à l’hôpital psychiatrique de Thuir.

"Si on se bat, c'est pour que les usagers puissent être soignés dignement"


Pour ces différents corps de métier, la situation est critique dans le département. Aux urgences de Perpignan, il manque plus d'une vingtaine de médecins. Du côté du SDIS 66, on demande l’embauche de 30 pompiers supplémentaires dans l’immédiat, et de 80 sur le long terme.

Le combat ne s'arrête pas là. Les sapeurs-pompiers prévoient un rassemblement national à Paris le 15 octobre prochain, pour interpeller le ministre de l’Intérieur.