Avec cette situation unique, Atmo Occitanie a pu mesurer l’impact positif du confinement sur la qualité de l’air.

 

"On n’a jamais eu un exercice grandeur nature comme ça" affirme Dominique Tilak, directrice d’Atmo Occitanie.

Tous les voyants sont au vert... On respire indéniablement mieux. Télétravail, fermeture des commerces… Les voitures restent en majorité à l’arrêt.

Dès le début du confinement, l’Agence enregistre 11 à 20% de baisse pour la pollution liée au réseau routier, comme les oxydes d’azote et le dioxyde de carbone. Depuis la semaine dernière, c’est une diminution de 70% par rapport aux trois dernières années sur la même période. L’air dans les "fonds urbains", les zones plus éloignées des routes où nous respirons tous, connaît lui aussi cette baisse significative.

Dans des régions plus rurales comme le Gers, l’amélioration de la qualité de l’air est moindre, mais elle est bien là. "Ce qui sera intéressant aussi pour nous, c’est de voir l’impact de la reprise d’activité sur l’atmosphère sur l’ensemble de la région" conclut Dominique Tilak. 

 

Eva Sannino.