Pascal Bugis doit clarifier sa relation avec l’extrême droite ! C’est en substance ce qu’écrit Guillaume Arcese, candidat de la liste J’aime Castres aux élections municipales dans un communiqué.

Cela fait suite à la rencontre, dans un café de Lameilhé, entre le maire Pascal Bugis et un ancien membre du Front National, représentant depuis du micro parti Jeanne. Une rencontre qui a eu lieu à la fin novembre. « Nous avons partagé un verre », explique Pascal Bugis.

Mais pour Guillaume Arcese, il s’agit « d’un nouveau rapprochement avec l’extrême droite. […] Comme en 2014,le maire sortant Pascal Bugis semble avoir commencé à «faire sa popote »,pour reprendre l’expression de Philippe Séguin, en vue des prochaines élections municipales. N’oublions pas les concessions faites au Front National en 2014 par Pascal Bugis. »

Et de demander dans la foulée au maire de Castres de « condamner les propos » d’Emile Cany, puisque c’est de lui qu’il s’agit, qui a écrit sur sa page facebook des réflexions- chacun jugera de leurs pertinences- sur la campagne en cours, et notamment très critique envers Guillaume Arcese. Il écrit surtout à propos d’Henri Sizaire, ancien maire de Castres et auquel Guillaume Arcese fait référence dans sa campagne, qu'il « fût révoqué en 40. Un grand maire ? Ah bon. »

Des propos que le candidat proche de LREM juge indignes : «  Comment remettre en question la mémoire, l’engagement exemplaire d’Henri Sizaire pour notre ville en le réduisant à sa révocation de1940 par le régime de Vichy de Pétain-Laval? Comment Emile Cany peut-il dire défendre les valeurs de la France en insultant notre histoire et en évoquant l’une des périodes les plus dramatiques de l’humanité pour discréditer la mémoire d’un homme? » Et de s’interroger sur les liens éventuels entre Pascal Bugis et le Rassemblement National : « Jean-Paul Piloz maintiendra-t-il sa candidature ou des alliances ont déjà été trouvées avec Pascal Bugis ? »

Le maire sortant Pascal Bugis a réagit au communiqué de Guillaume Arcese : « c’est une manière de faire campagne qui n’intéresse pas les gens. » Et de répondre fermement : « j’ai toujours été très clair par rapport à l’extrême droite. Depuis 2001, il y a toujours eu une liste FN à Castres. Pourtant on m’a toujours soupçonné d’avoir des liens avec ce parti, c’est une polémique qui a toujours existé. Cela me navre qu’on agite ce genre d’arguments de caniveau. Je parle effectivement avec tout le monde dans cette ville, y compris à ceux qui ne pensent pas comme moi » conclut l’élu.

 

Les fleurets mouchetés du début de campagne sont désormais rangés, et les attaques se font plus franches.