Des mères de familles entre peur et révolte.

 

Quelques dizaines d'habitants du quartier sensible des Izards, à Toulouse, ont manifesté vendredi pour dénoncer la violence et l'insécurité que font régner les trafiquants de drogue, a constaté un correspondant de l'AFP. "Nous, tout ce qu'on veut, c'est la paix. Que le quartier retrouve son calme, que les parents puissent se promener avec leurs enfants tranquillement, se poser sur un banc, tranquillement", témoigne une mère de famille, qui habite le quartier des Izards depuis 40 ans.

 

"Les petits jeunes, je veux leur dire il n'y a pas que ce chemin (du trafic d edrogue), en prenant ce chemin, on finit en prison, ou sous terre", poursuit cette militante associative, excédée. Sur une banderole écrite à la main, on pouvait lire: "Ceux qui aiment la paix doivent apprendre à s'organiser aussi efficacement que ceux qui aiment la guerre", citant Martin Luther King. En 2020 dans les quartiers sensibles du nord de Toulouse, des règlements de compte sur fond de trafic de drogue ont fait 3 morts et plusieurs blessés.

 

"On n'en peut plus, tout le temps des fusillades. On est traumatisés. J'ai peur chaque fois que mes enfants sortent de la maison. Après 19H00, j'ai peur de sortir", se plaint Sofia, une femme de 40 ans. Selon elle, seule une présence policière accrue peut dissuader ce qu'elle qualifie de "mafia". Avant la manifestation, le procureur de Toulouse Dominique Alzéari a assuré que "tous les services de l'Etat (étaient) mobilisés".

 

 

 

avec AFP.